Comme de nombreux autres joueurs online, j'ai été le premier à maudire cette nouvelle législation française qui nous empêche désormais d'affronter le reste du monde aux tables de poker (voir Triste jour pour le poker français).
Après quelques semaines d'activité pour les nouvelles room en .fr, je ne serai plus aussi radical et aussi pessimiste.

Je m'explique.

Situons le boom du poker en France aux alentours de 2004 (Chris Moneymaker ayant remporté les WSOP en 2003, c'est à ce moment que la vague a vraiment démarré aux Etats-Unis) ; à cette époque, de nombreux joueurs se sont lancés dans l'aventure du poker online. Les plus doués d'entre eux se sont fait un nom : Lacay, Dwan, Minieri et consorts sont des purs produits du poker online grâce auquel ils pointent désormais à plusieurs millions de dollars de gains live et online.
Oui mais voilà, à de faibles limites, il était devenu de plus en plus compliqué de monter une bankroll en partant de rien ou presque. Difficile de jouer un type qui peut se trouver aux quatre coins du monde, dont on ne connait ni le fuseau horaire ni les habitudes de jeu. Même si de petits génies y sont parvenus à force de courage et d'une grosse dose de talent, perfer régulièrement à de faibles limites était devenu de plus en plus compliqué face à des centaines de milliers de joueurs croisés aux détours des tables, dont les masses d'argent ne faisaient qu'aller et venir.

New deal?

Ce que permet cette nouvelle législation c'est le fait de pouvoir "repartir de 0" en ce sens que la France connait aujourd'hui un second boom du poker. Même les non-initiés auront remarqué les pubs qui passent en boucle à la TV, les sponsors sur les maillots des grandes équipes de foot françaises ou les panneaux publicitaires qui fleurissent dans les rues des grandes villes.
Comme si la France découvrait le poker une seconde fois. L'occasion est trop belle pour en profiter et aller grinder les tables face à de nombreux joueurs désireux de découvrir les joies de cette discipline en allant claquer quelques euros sur les tables à faibles limites. Le train passe une seconde fois en France, les joueurs les plus aguerris l'auront noté aisément. A vous de ne pas manquer ce nouveau passage en gare.

Pensez à composter votre billet et bon voyage.